Accueil Immo L’assurance emprunteur : pourquoi envisager d’en changer ?

L’assurance emprunteur : pourquoi envisager d’en changer ?

En immobilier comme dans la vie d’une manière générale, deux principes sont à garder à l’esprit et à se remémorer régulièrement :  il est toujours bon de bien choisir au lancement d’un projet et ne pas avoir peur de changer en cours de route. Si cela vaut pour le choix de la localité de sa résidence, la taille de son appartement ou même la couleur des murs, cela vaut évidemment, et sans doute encore plus, pour votre plan de financement. 
Les éléments qui composent ce dernier présentent une certaine modularité qui va permettre aux porteurs de projets immobiliers, quels qu’ils soient, de voir évoluer les paramètres de leur investissement, du début à la fin. Parmi ces éléments, nous allons nous arrêter spécifiquement sur l’un des éléments les plus souples et impactants : l’assurance emprunteur. Nous nous intéresserons notamment aux possibilités qu’elle peut offrir lorsque ses ayants droits la font évoluer. 

Financement de votre projet immobilier : les éléments incontournables dont il faut bien prendre la mesure

 Nous resterons ici sur un projet standard d’acquisition d’un bien immobilier dont le financement va être permis grâce à ce qui est l’une des solutions les plus usitées : le crédit immobilier. 
Ce mode de financement, a contrario d’un achat comptant, implique de pouvoir obtenir auprès d’un acteur prêteur, qui sera généralement une banque ou un organisme avec les mêmes attributs, la somme nécessaire au paiement du bien. Une fois acquis et le titre de propriété en poche, va traditionnellement commencer la contrepartie nécessaire à ce financement : le remboursement du capital emprunté, mais également des intérêts qui représentent la majeure partie du coût du crédit. De fait, la banque va vendre à des emprunteurs, ce service consistant à avancer une somme souvent non négligeable et à permettre son remboursement sous forme de mensualités étalées dans le temps. 
Pour un emprunt immobilier moyen, on parle de 20 ou 25 ans de remboursement. 

A découvrir également : Pourquoi acheter une résidence secondaire ?

Les intérêts qui sont le coût de la valeur ajoutée du service apporté, sont fixés en fonction d’un taux. Celui-ci va varier et ne sera donc pas identique pour tous les emprunteurs : il changera en fonction de la banque, du moment de l’emprunt, du montant de la somme empruntée. Si ce taux est révisable et négociable, il est plus difficile de le faire évoluer qu’un autre élément majeur et trop peu connu : l’assurance emprunteur.

Adossée au crédit immobilier et condition sine qua none de son obtention dans l’écrasante majorité des cas, l’assurance emprunteur va venir couvrir le ou les emprunteurs face à des risques pouvant survenir. Au cours des années de remboursement de leur crédit, elle viendra garantir la prise en charge du remboursement des sommes dues, dans certaines conditions, pour les situations types suivantes :

Lire également : Faire bâtir plutôt que de louer

  • le décès de l’un ou des emprunteurs ;
  • la perte totale et irréversible d’autonomie ;
  • l’invalidité permanente totale ou partielle ;
  • l’incapacité temporaire de travail.

Dans tous les cas, c’est parce que l’emprunteur ne sera plus en mesure d’assurer lui-même son remboursement de crédit immobilier que l’assurance vient le couvrir. Cette assurance a un coût correspondant à l’ensemble des garanties qu’elle prévoit. Il sera donc nécessaire de bien la choisir au départ, mais aussi d’envisager le changement de l’assurance emprunteur afin d’obtenir un gain. 

Quel intérêt à changer d’assurance emprunteur au cours de son crédit immobilier ?

Deux raisons majeures doivent guider les emprunteurs dans une réflexion autour d’un changement d’assurance emprunteur. Que l’assurance initiale ait été souscrite comme assurance groupe, c’est-à-dire fournie par la banque, ou en délégation d’assurance, c’est-à-dire, auprès d’un acteur tiers spécialisé, elle peut être changée. 

La première raison qui doit motiver un tel changement de protection, c’est un aspect économique. En effet, si l’assurance ne fait pas l’objet d’un taux et d’intérêts, sa cotisation relativement fixes au cours des années de remboursement en font un poste récurrent et assez pesant financièrement au global. En effet, sur un emprunt de 20 ans, ce sont 240 cotisations d’assurance qui seront prélevées, par emprunteur. Si on prend l’exemple d’une cotisation à 80 € mensuels, ce sont 19 200 € qui auront été versés au cours des années de remboursement. Cela sans compter le capital et les intérêts du crédit. 
Toujours sur cet aspect financier, on perçoit tout de suite, l’intérêt de réussir à négocier, si ce n’est une baisse de la mensualité du crédit grâce à un nouveau taux, une réduction du nombre d’années de crédit. Cela impactera alors directement le montant total de l’assurance versé pour le financement. 

Changer d’assurance emprunteur va pouvoir, dans certains cas, représenter jusqu’à 10 000 € et même plus d’économie pour un emprunteur. Une somme non négligeable qui va permettre différents autres projets. En effet, l’argent qui ne sera finalement pas consommé par l’assurance, pourra se transformer en épargne ou en d’autres investissements de toutes sortes. 

La seconde raison, qui n’est pas exclusive de la première, est l’augmentation ou l’amélioration de la couverture de protection. Pas toujours envisagée, car beaucoup pensent qu’il profite d’une protection optimale pour toutes les situations, l’amélioration de sa couverture assurantielle est un vrai sujet. En effet, si les garanties peuvent varier, c’est aussi le montant des indemnités, des rentes, mais aussi les services et l’amélioration des quotités entre les emprunteurs qui vont pouvoir entrer en jeu avec un changement d’assurance.

Il n’est donc jamais trop tôt pour bien la choisir et jamais trop tard pour penser en changer. Les dispositifs législatifs existants, que sont les lois Lagarde et Lemoine, donnent toutes les clés aux emprunteurs pour rester maîtres de leur projet de financement. Il est ainsi nécessaire de prendre le temps, seul ou accompagné d’un professionnel de l’assurance comme un courtier, de faire un point régulier sur son assurance emprunteur. Comparer les offres, tant sur le plan des coûts que des garanties proposées, permettra à chacun de décider, en toute sérénité, de la suite à donner. Notons toutefois que si le changement est facilité, c’est aussi l’organisme prêteur qui devra valider ce changement : la nouvelle assurance devant tenir compte d’un certain nombre de conditions de protection. Si l’assurance protège l’emprunteur, elle est aussi une garantie pour la banque de bien récupérer l’argent prêté. 

ARTICLES LIÉS